Etat des lieux des startup en FRANCE

Bien loin de la morosité ambiante qui frappe la société française, et plus particulièrement de l’esprit de déclin annoncé par certains oiseaux de mauvaise augure, les startups françaises se portent bien, merci. Véritables symboles d’une énergie créative industrielle et commerciale ces jeunes pousses professionnelles tirent la croissance vers le haut. Authentique cas d’école qui va […]

Bien loin de la morosité ambiante qui frappe la société française, et plus particulièrement de l’esprit de déclin annoncé par certains oiseaux de mauvaise augure, les startups françaises se portent bien, merci. Véritables symboles d’une énergie créative industrielle et commerciale ces jeunes pousses professionnelles tirent la croissance vers le haut.

Authentique cas d’école qui va à l’encontre du pessimisme des déclinologues, les startupeurs français sont les deuxièmes plus nombreux au monde. La nouvelle économie boostée par l’essor d’internet y est certainement pour beaucoup. Il ne faut pas cependant sous-évaluer l’esprit d’entreprise qui anime les jeunes et moins jeunes français, successeurs à leur manière de leurs ancêtres aux origines du siècle des lumières.

Quand alternatif rime avec créatif

L’accès facilité aux moyens de communication et de création que sont les ordinateurs et le réseau mondial a permis à tout un écosystème inventif et productif d’exister, celui des jeunes entrepreneurs. Ne pouvant vraiment compter sur le financement des banques ils l’ont imaginé participatif. Affectant un désintérêt pour les structures de production traditionnelles ils se sont massivement reportés sur l’auto-entreprenariat et le freelancing.

Cela a décuplé leur volonté et aussi leurs moyens d’aller de l’avant. Quand on s’aperçoit que la French Tech était représentée par 128 startups au CES2015 Eureka Valley, soit environ autant que les Etats-Unis (193) et presque dix fois plus qu’Israël (17) le Royaume-Uni (14) et que l’Allemagne (10), on a la nette impression que le rapport des forces s’inverse par rapport aux derniers mauvais chiffres des exportations françaises.

Le mouvement ne fait que s’accélérer et 2017 sera certainement une année phare pour le développement des startups françaises.

Un mouvement totalement en phase avec le millénium

Les grands groupes industriels ou autres ne s’y trompent pas. Dassault Systèmes mais aussi La Poste misent gros sur les défis à l’innovation portés par les startups de l’Hexagone. D’ailleurs de plus en plus le financement de la French Tech passe par le recours aux fonds de la Fin Tech, son pendant financier. C’est tout le système qui est revisité. La particularité des startups françaises est de créer comme de consommer des produits et des services Hi-Tech.

Ce sont les produits du millénaire inventés et achetés par les millennials, La boucle est bouclée. Le marché du travail français s’en trouve également bouleversé. On ne compte plus les petites structures agiles qui voient le jour. D’ailleurs certaines solutions, plus ou moins efficaces comme le régime des indépendants ou le portage salarial, peuvent contribuer à pérenniser financièrement ces sociétés d’un nouveau genre. Le grand avantage des startups reste leur capacité à adresser des problèmes en concentrant des moyens financiers et intellectuels sans recourir à des investissements importants. Plus que tout les startups sont agiles et proactives.

Elles sont particulièrement adaptées aux exigences des marchés actuels. Ce sont des entreprises iconoclastes qui ont bien compris que tous les grands succès industriels et des services de ces 20 dernières années sont dus à la réussite du passage à l’ère digitale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *